La psychologie positive : la science du bonheur

smile-1031894_1280

Qu’est-ce que « la psychologie positive » ?

        La psychologie positive est une discipline de la psychologie créée par Martin E. P. Seligman (1998) et basée sur de nombreuses études scientifiques. Vous allez rapidement vous en rendre compte, même si c’est une discipline récente, elle est basée sur des principes vieux comme le monde ce qui la rend accessible au grand public.

        Contrairement à certains courants en psychologie, la psychologie positive ne s’intéresse pas uniquement aux pathologies et à leurs sources, donc à « ce qui ne va pas », mais également à « ce qui va ». Il est tellement facile de se retrouver impuissant, découragé devant la prise de conscience de tout ce qui est source de souffrance en nous que c’est une révolution de pouvoir s’appuyer, en parallèle, sur nos forces.

Quel rapport concret avec le bien-être des enfants?

       Il est compliqué de ne pas faire le parallèle avec le milieu scolaire. N’est-il pas plus motivant pour un enfant présentant des difficultés en mathématiques de faire des efforts pour s’améliorer s’il a entendu par ailleurs son enseignant ou ses parents lui dire qu’il était doué en français, en sport, en dessin, etc. ? Il sait alors qu’il a des compétences scolaires dans ces matières là et cela lui sert de ressource pour croire en lui. Combien de fois ai-je remarqué les réactions dépitées voire les remarques destructrices des parents devant une évaluation ratée alors que je remarquais paradoxalement un manque de réaction positive face à une évaluation réussie.  Souvent, cette attitude semble acceptable car il est « normal » qu’un enfant travaille bien à l’école et anormal que ce ne soit pas le cas. Or, ce point de vue est erroné. Il est aussi normal de se réjouir de ce qui est considéré comme « normal » car c’est ce qui consolide les ressources d’un enfant (ou d’un adulte) pour aller de l’avant. Cela accentue à la fois la gratitude de l’enfant envers ses parents et met également en avant l’aspect positif qui autrement serait passé inaperçu. Cet exemple est facilement transposable à la vie quotidienne et familiale de l’enfant mais également à celle de l’adulte.

Zoom sur la psychologie positive

        La psychologie positive s’intéresse à différents sujets tels que le bien-être, la gratitude, l’intelligence émotionnelle, l’optimisme, la pleine conscience, le pardon, l’altruisme, le sens donné à la vie, ses forces personnelles, etc.  Autant de thèmes que vous pourrez retrouver plus spécifiquement dans d’autres articles du blog. Il est important de rappeler que la psychologie positive ne rentre pas dans le courant naïf du « Je vais bien, tout va bien », elle prend en compte également les pathologies, les émotions négatives, les événements difficiles propres à la vie de chacun. Toutefois, elle n’en fait pas son objet d’étude central mais propose différentes ressources pour mieux vivre les aspects vécus comme négatifs.

Pour en savoir plus (ressources absolument non exhaustives) :

Je vous propose un lien qui mène à un questionnaire en ligne dégageant vos forces personnelles : https://www.viacharacter.org/survey/account/register La page de présentation est en anglais mais le questionnaire existe en français. Il s’adresse aux adultes.

Ouvrages

La psychologie positive de Rébecca Shankland chez Dunod : un ouvrage de présentation de la psychologie positive complet et citant grands nombre d’études scientifiques

La psychologie positive : pour aller bien de Yves-Alexandre Thalmann chez Odile Jacob : un ouvrage complet sur la psychologie positive avec des exercices pratiques à effectuer

Psycho positive : mode d’emploi de Monique Borcard-Sacco chez Jouvence éditions : un petit ouvrage rapide à lire

Psychologie positive : le bonheur dans tous ses états de Christophe André, Thomas d’Ansembourg, Isabelle Filliozat, Eric Lambin, Jacques Lecomte, Matthieu Ricard sous la coordination d’Ilios Kotsou et Caroline Lesire : un ensemble de réflexions menées par différents noms célèbres autour de thématiques liées à la psychologie positive

Introduction à la psychologie positive, science de l’expérience optimale de Ilona Boniwell chez Payot : en cours de lecture

Vidéos

Replay de « Leurs secrets du bonheur » avec Ilios Kotsou, chercheur en psychologie des émotions à l’Université de Louvain : une émission grand public avec des témoignages, des expériences sur le plateau et les connaissances scientifiques d’Ilios Kotsou.

Replay de « J’ai décidé d’être heureux » avec trois spécialistes du sujet : Jordie Quoidbach, Laurence Bibas et Karim Ngosso qui coachent à Nantes 7 volontaires dans un programme d’amélioration de leur niveau de bonheur.

La gestion des émotions

              « Arrête de pleurer, on dirait un bébé ! », « Encore une colère ! Tu es vraiment un gamin capricieux ! », « Tu es encore tombé ? Tu le fais vraiment exprès ! Regarde ton pantalon, il est troué !» … Les propos de ce type, souvent adressés par un adulte envers un enfant, m’ont toujours semblé injustes et sans sens. Et pourtant, malgré ma vigilance et ma connaissance à ce propos, j’ai souvent retenu au dernier moment des commentaires de ce type face à mes élèves. Quand nous nous sentons débordés, nous pouvons avoir l’impression parfois que les événements se liguent spécialement contre nous et les réactions émotionnelles négatives des enfants peuvent en faire partie. Il est alors difficile de se distancer pour se dire que si l’enfant exprime une émotion négative, désagréable pour lui comme pour nous, c’est qu’il a besoin d’écoute et de soutien et non d’une réaction jugeante et impulsive. Parfois, c’est notre propre difficulté à gérer nos émotions qui nous empêche de réagir de manière logique à celle des enfants. Heureusement, il y a plein de techniques simples pour remodeler ces réactions que je vous présenterai au fur et à mesure.

POURQUOI APPRENDRE A GÉRER SES ÉMOTIONS (adultes comme enfants) ?

  • Pour se respecter, être en accord avec soi-même

Il est intéressant de se mettre à la place de l’enfant quelques minutes. Quand vous êtes triste, que vous pleurez, si un ami vous dit « Arrête de pleurer, tu es ridicule ! », son propos va-t-il être un soutien ? Il me semble assez évident que ce n’est pas le cas et que ça risque même d’aggraver les choses avec un sentiment de culpabilité en plus. Alors qu’à l’inverse, un ami qui va reconnaître notre tristesse peut suffire à la faire passer. Cet ami peut simplement être vous-même. Il est important pour cela de reconnaître son émotion, l’accepter et l’accueillir sans jugement envers soi-même.

  • Pour améliorer les relations avec autrui

J’ai croisé beaucoup d’élèves qui se retrouvaient enfermés dans leurs émotions négatives tout simplement parce qu’ils culpabilisaient de les ressentir et parce qu’ils ne savaient pas quoi en faire. Parfois même parce qu’ils ne les connaissaient pas ! Cela les amenait à réagir souvent de manière disproportionnée aux situations et créait des situations de conflits avec les autres élèves, même parfois avec les adultes. Beaucoup d’études, notamment dans le cadre de recherches en psychologie positive, ont été menées aux Etats-Unis autour de l’éducation aux émotions. Des programmes ont été mis en place dans certains établissements scolaires en ce sens.

L’éducation aux émotions et à leur gestion, aussi bien chez les enfants que chez les adultes, peut avoir des conséquences positives importantes sur la vie de famille, la vie de classe, les relations avec les pairs et la construction développementale de l’enfant.

COMMENT APPRENDRE A GÉRER SES ÉMOTIONS ?

Pour résumer, 3 étapes peuvent constituer cet apprentissage :

  • Reconnaître ses émotions: quelles sensations corporelles sont associées ? quelles pensées ? y a-t-il des éléments déclencheurs chroniques ? Commence alors un véritable voyage de connaissance de soi.

Pour cela, l’exercice de La météo intérieure est parfaitement adapté par exemple.

  • Accepter ses émotions: se donner la permission de ressentir des émotions dites négatives au même niveau que les émotions positives sans jugement envers soi-même.                                                                                                                                      Pour les enfants, le regard et les propos des adultes jouent beaucoup à ce niveau. Des activités de personnalisation des émotions plaisent souvent aux enfants car elles leur permettent d’en avoir une image positive.

  • Accueillir ses émotions: faire face à leur existence, ne pas les fuir, les accepter et se rendre compte qu’elles ne sont pas si terribles. Et ensuite, bien sûr les laisser partir.                                                                                                                                            Certaines méditations guidées peuvent permettre d’expérimenter cela tout en étant totalement en sécurité.

Tout un programme ! Vous trouverez différents techniques, outils, activités, témoignages de mise en pratique partagés plus spécifiquement au sein de ce blog en ce sens.

La méditation adaptée aux enfants

LES IDÉES REÇUES

Non, les gens pratiquent la méditation ne sont pas nécessairement des gourous ou des illuminés.

Non, la pratique de la méditation n’oblige pas à adhérer à un courant religieux ou spirituel donné.

Non, la méditation adaptée aux enfants ne consiste pas à laisser un enfant s’asseoir 20 minutes sans bouger.

Non, ce n’est pas une nouvelle mode qui ne s’appuie sur rien. Le pratique de la méditation chez les enfants au Canada, aux Etats-Unis et dans certains pays du Monde est fréquente. De nombreuses études scientifiques ont montré des effets positifs de cette pratique sur le bien-être de la personne méditante.

citationRicard

Qu’est-ce que c’est?

            La méditation adaptée aux enfants fait son apparition en Europe depuis quelques années.  Elle s’inspire principalement de la méditation de pleine conscience (« mindfulness ») de Jon Kabat-Zinn. Elle consiste en un ensemble de techniques de relaxation et de découvertes ludiques visant le développement de l’attention et la gestion des émotions, entre autres. La méditation adaptée aux enfants est laïque, elle ne suit aucun courant religieux particulier. Comme la plupart des activités artistiques ou sportives, la méditation se pratique régulièrement: en groupe avec un animateur et/ou à l’école (de plus en plus) et/ou à la maison avec la possibilité de s’appuyer sur les magnifiques outils qui apparaissent dans les librairies.

POURQUOI?

          De plus en plus d’enfants sont pris dans le courant d’une société « speed » à la recherche de la performance, avec une omniprésence de stimulations visuelles (écrans de TV, de portable, de consoles de jeux; publicités,…) et qui éloigne de la Nature profonde de l’enfant, curieux et attentif à ce qui l’entoure. De cela découlent un grand nombre de symptômes: baisse de la capacité de concentration et de l’attention, diminution de la curiosité active naturelle, augmentation du stress, des troubles du sommeil, difficulté à reconnaître et gérer les émotions,… En tant que professeur des écoles, j’ai été aux premières loges des conséquences de tout cela sur les apprentissages et le bien-être des enfants.

         La méditation adaptée aux enfants peut aider l’enfant à (re) découvrir sa nature calme et posée, à gagner en bien-être. Elle permet d’augmenter la capacité de concentration et d’attention, de diminuer le stress et ses conséquences, de sentir et reconnaître ses émotions afin de mieux les accepter, de prendre conscience de l’importance des valeurs essentielles à l’humanité telle que la compassion, l’empathie, le partage,…

Comment?

         La méditation adaptée aux enfants se pratiquent à travers différents exercices ou jeux de relaxation; à travers des activités ludiques de découverte des émotions, des sens, de la Nature; à travers des lectures de contes, d’histoires; à travers des productions créatrices; …

enfant txt